Test du Canon EOS 7D

with Pas de commentaire

Test du boitier professionnel Canon EOS 7D :

 

Après moins de 9 mois d’utilisation, je remplace mon Canon EOS 50D par le nouvel EOS 7D sorti à l’automne 2009 en europe.
Honnetement, je n’avais aucune intention de remplacer mon EOS 50D qui m’apportait entière satisfaction, surtout depuis l’achat du caisson Liquid Eye.
En ce début d’année 2010, j’ai répondu à une interrogation qui me trottait dans la tête depuis la sortie du 7D : rentre il dans le caisson du 50D ?
Et c’est ce point là qui m’a décidé à renouveler une nouvelle fois mon boitier, m’apercevoir que le 7D rentre convenablement dans le caisson du 50D !
En effet, le 50D est vraiment un très bon boitier doté d’une qualité d’image impressionnante, il est imbattable pour le tarif proposé, il ne possède aucun point noir et me suffit largement il faut l’avouer.
Mais l’EOS 7D sorti de nul part par Canon à l’automne dernier représente exactement tout ce que j’attends d’un boitier.

Ce n’est pas très surprenant puisque Canon a consulter 5000 photographes dont 400 français pour définir au mieux leurs attentes et écouter leurs suggestions pour proposer un appareil qui réponde parfaitement à leurs besoins.

La gamme actuelle Canon est composée comme suit (en Février 2010) :
EOS 1000D toujours en entrée de gamme depuis la rentrée 2008
EOS 550D, un « 7D light » qui viens d’etre annoncé pour remplacer le 500D en boitier amateur
EOS 50D représente toujours la gamme expert depuis l’automne 2008
EOS 5D mark II est la référence en reportage, portrait et mariage depuis Noel 2008
EOS 1D mark IV sorti fin 2009 pour le sport et le reportage professionnel
EOS 1Ds mark III pour la publicité et le studio professionnel qui devrait etre remplacé d’ici une année.

Caractéristiques :

Capteur Canon CMOS APS-C 18 mégapixels
Prise de vues en continu à 8 im./sec.
Sensibilité jusqu’à 12.800 ISO
Viseur à couverture 100%
AF à 19 points de type croisés
Système de mesure iFCL
Double processeur DIGIC 4
Vidéo Full HD
Commande de flash distant par flash intégré
Écran LCD 3 pouces (7,6 cm) Clear View II
Boîtier en alliage de magnésium avec joints d’étanchéité

L’EOS 7D est un boitier remarquable qui intégre l’ensemble des dernieres technologies et améliorations que l’ont retrouve sur les autres EOS récemment sortis.

Le menu est toujours aussi pratique et rapide à parcourir avec les deux molettes, le joystick et le bouton SET au centre de la roue arrière, un modèle d’ergonomie. A l’intérieur de ce menu on retrouve la correction du vignettage automatique avec certains objectifs (correction éclairage periphérique), le controle du flash à distance avec le flash intégré (enfin) ou encore l’affichage d’un quadrillage dans le viseur pour ne citer que ces fonctionnalités récentes.

Le 7D est un boitier résolument pro, doté de caractéristiques impressionantes, que l’on remarque dès la prise en main avec un matériau rassurant au toucher.

Il est doté du même nombre de processeur DIGIC IV et du même écran 3 pouces clear View II que l’EOS 1D mark IV, de la même batterie LP-E6 que l’EOS 5D mark II, d’un superbe viseur doté d’une couverture 100% et des fonctions videos Full HD.

 

Ci dessus, la différence de taille du prisme de l’EOS 7D à gauche par rapport à celui d’un EOS 50D disposant de la même taille de capteur.

Sa cadence de prise de vue en rafale frole avec celle d’un EOS 1D mark IIn avec 8 images par secondes malgré des données bien plus volumineuses, due à l’augmentation de la résolution qui atteint 18 millions de pixels. En parlant de 1D, Canon a amélioré considérablement la tropicalisation du boitier comme on peut le voir sur le schéma du dessus, le 7D dispose d’une tropicalisation comparable à celle d’un 1D. Un très bon point.

Bien que la résolution soit une caractéristique secondaire, il faut avouer que le confort apporté par les 18 millions de pixels est appréciable. Il aurait était dommage que cette augmentation de la définition du capteur se fasse au détriment de la gestion du bruit.

En effet, plus de photosites sur une même surface entraine physiquement une montée du bruit numérique en haute sensibilité, mais l’amélioration des technologies de fabrication et de traitement du bruit est une spécialité de Canon qui nous le démontre une nouvelle fois avec le capteur du 7D.

 

L’une des nouveauté du 7D est son nouveau capteur AF avec une plage de 19 collimateurs en croix. En effet le fossé entre le système AF incroyable d’un EOS 1D avec 45 collimateurs et celui d’un 50D à 9 collimateurs en croix était important, on ne peut donc que se réjouir de ce nouveau module AF qui offre une plus grande couverture à l’intérieur du viseur. A celà il faut ajouter le nouveau système de mesure iFCL, c’est un nouveau capteur de type double couche qui effectue la mesure de la lumière sur 63 zones et analyse les informations de mise au point, de couleur et de luminance afin d’assurer une mesure d’exposition ultra-précise et cohérente.

La mesure iFCL prends en compte deux éléments pour améliorer sa précision : la distance des zones mesurées et la couleur : le spixels verts et bleus sont différenciés des rouges pour éviter de surévaluer la luminosité de ces derniers, défaut habituel des mesures d’exposition classique selon Canon.

Comme sur un EOS 1D, on peut désormais choisir des « groupes » de collimateurs AF en plus de la possibilité de pouvoir choisir précisemment son collimateur AF actif ou laisser l’appareil choisir parmis la totalité des collimateurs.

 

Autre nouveauté interessante de l’EOS 7D, la possibilité d’afficher un cadrillage electronique dans le viseur, plus besoin de changer le dépoli par un cadrillé désormais. Vraiment pratique. En Live View, on conserve la possibilité d’afficher un cadrillage également, mais on dispose désormais d’un véritable niveau électronique de maçon intégré à l’appareil que l’on peut afficher sur l’écran arrière pour vérifier l’horizontalité.

Ajouté à cela la possibilité de monter à 6400 et 12 800iso au moment d’effectuer la mise au point live view pour amplifier la lumière disponible, vous pouvez effectuer une mise au point très fine avec la loupe grossissant 10 fois même par très faible eclairage.

 

On peut egalement applaudir l’arrivée de la gestion sans fils des flashs Canon speedlite EX directement par le flash intégré du 7D. Plus besoin de passer par l’achat d’une cellule Canon ST-E2 ou un speedlite 580EX en « maitre » sur le boitier. Personnellement je n’utilise pas cette technologie vu que je travaille avec le système de déclenchements de flashs sans fils Cactus qui utilisent les ondes radioset propose donc une meilleur portée et une meilleure autonomie.

De plus je n’utilise pas des flashs speedlite EX trop couteux mais des speedlite EZ dépourvus de mode multi flash. Néanmoins de nombreuses personnes seront ravies de pouvoir déclencher leur 430EX en TTL à distance grace au 7D.

Premières photos réalisées avec l’EOS 7D :

Share Button